Mon expérience

Depuis que je prends un traitement hormonal, je me suis aperçu que ma pilosité sur le ventre avait augmenté.

 

Je précise que j’ai une pilosité très dense et le poil vigoureux 😄 ! On dirait que les vitamines que je prends vont directement nourrir les poils. D’ailleurs, malgré une épilation à la cire durant plusieurs années sur mes jambes, mes poils repoussaient toujours autant. Certes, la racine était affaiblie, mais elle me créait des furoncles de plus en plus nombreux !

J’ai donc eu recours à l’épilation au laser, seul procédé réputé définitif à cette époque (en 2003). Je devais faire 6 séances, mais vu le coût (450 € par séance) et n’étant pas certaine du résultat, je n’ai fait que 4 séances. Depuis, il me suffit d’utiliser de temps en temps un épilateur électrique pour avoir des jambes nettes.

Comme j’avais entendu parler de la lumière pulsée, j’ai eu envie d’essayer.

Je me suis dit que j’en profiterai pour me faire également le bikini et les aisselles. J’ai donc fait ma commande au père noël.

 

Jeudi 25 décembre 2018.

J’ouvre mon coffret Lumea Prestige. Il contient l’appareil, 3 têtes d’épilation, un chargeur, un mode d’emploi, une lingette pour nettoyer et une trousse en tissu.
Je trouve le design de l’appareil et sa couleur très jolie.

L’appareil émet un petit bruit quand on le met en marche, on entend comme un petit souffle.

J’ai fait les repérages pour définir l’intensité que j’allais utiliser. Il suffit d’appuyer sur la « petite loupe » de l’appareil :

  • Pour le ventre, Lumea me conseille l’intensité 4
  • Pour le maillot et les aisselles, intensité 5

Je me suis dit que pour les premières utilisations, je baisserai un peu le niveau. Surtout en ce qui concerne l’aisselle gauche car j’ai été opérée pour un cancer du sein.

Préparation avant la première séance

Je suis un peu gênée de devoir me raser. Je m’épile à la cire et avec un épilateur électrique depuis de très longues années et je me suis toujours abstenue de me raser. Je vais le faire la veille (comme je l’ai lu sur plusieurs blogs), ce qui permet à la peau de se reposer et de réduire les risques d’irritation.

Je vais commencer par le ventre et le maillot. Je me rase donc ces deux zones avec le rasoir électrique de mon mari. Ensuite je me passe de la Biafine pour apaiser ma peau.

Points communs pour chaque séance

  • Je fais une petite toilette sur la zone à épiler pour être sûre d’enlever toutes traces de crème sur ma peau.
  • Après le rasage et l’épilation avec Lumea Prestige, je me passe de la Biafine pour apaiser ma peau. Je l’applique pendant les trois jours qui suivent l’épilation.
  • Je mets mes lunettes de protection avant de démarrer les flashs.
  • J’ai utilisé la « tête » précision pour toutes les zones.

Première séance : Semaine 1

Vendredi 27 décembre

Pour le ventre, j’ai mis l’intensité 3
Quand c’est la première fois, c’est un peu impressionnant. Au début ce n’est pas facile de déplacer l’appareil avec précision pour épiler tout le ventre. Par moment, je ressentais comme une petite brûlure dans la peau dès que l’appareil flashait.

Après avoir fait plusieurs flashes, j’ai senti une odeur de cochon grillé !

Pour le maillot, j’ai mis l’intensité 3.
J’ai fait juste quelques flashes afin de voir comment ma peau allait réagir.
J’ai utilisé le mode manuel (flash par flash).

Samedi 28 décembre 2018

Le lendemain, comme il n’y avait pas d’irritation, je me suis dit « bon maintenant c’est au tour des aisselles ». Je me les suis donc rasées.

Dimanche 29 décembre 2018

Pour le côté droit : j’ai mis l’intensité 3

Pour côté gauche (celui où l’on m’a enlevé le ganglion sentinelle), j’ai mis l’intensité 2
Là encore, je me demande si je suis bien passée de partout.
Le soir, j’ai ressenti des petits picotements à l’aisselle du côté opéré. Je réduirai à nouveau l’intensité.

Deuxième séance : semaine 3

Le jeudi 10 janvier 2019

Je me rase le bikini et le ventre. Un moment après, je ressens des picotements au niveau du bikini.
Je remets un peu de Biafine avant de me coucher.

Le Vendredi 11 janvier 2019

Je commence ma séance sur le ventre. Je ne suis pas à l’aise quand je déplace le flash, car je ne sais jamais si je le déplace trop ou pas assez pour couvrir correctement la zone à épiler. Il est bien précisé que l’on ne doit surtout pas faire deux fois la même zone. Et si on décale trop, des poils ne seront pas traités !
Cette fois, j’essaye de bien passer sur toute la zone du maillot.

Samedi 12 janvier 2019

Je rase mes aisselles.

Dimanche 13 janvier 2019

Pour l’aisselle droite, intensité 3
Pour l’aisselle gauche, intensité 1 (car lors de la première utilisation, j’avais ressenti des picotements au bras, et je n’ai pas du tout envie de déclencher un lymphœdème.) Alors tant pis, 1 c’est le minimum, mais je préfère ne pas prendre de risque.

J’essaye de m’appliquer pour bien espacer les zones de flash. Je me demande encore si j’ai bien couvert toute la zone à épiler.

Le soir je n’ai pas ressenti de picotement dans le bras comme pour la première séance.
Ouf tant mieux !

Troisième séance : semaine 5

Jeudi 24 janvier

Je me rase sur le ventre et la zone maillot

Vendredi 25 janvier

J’utilise le niveau d’intensité 3 pour le ventre et le maillot.
J’ai voulu essayer le mode flash en continu sur le ventre, mais ça ne marchait pas.
J’ai enchaîné par flash manuel sans insister. Peut-être qu’il est trop « rond » et comme il faut bien garder un angle à 90 ° ça ne pouvait pas fonctionner ! Comme j’étais un peu plus à l’aise, j’ai pu couvrir une zone plus importante.
Pour la zone maillot, ce n’est pas toujours facile d’avoir l’angle à 90 °, mais en prenant mon temps, j’ai fini par y arriver.

Je me suis ensuite rasée les aisselles afin de préparer ma séance du lendemain (cela me décalera d’un jour sur le programme). Malgré la Biafine que je me suis passée, je ressens des démangeaisons aux aisselles.

Samedi 25 janvier

Je me prépare pour ma séance. Je regarde bien mes aisselles et je vois des petites rougeurs. C’est sûrement à cause de ma séance de rasage que j’ai fait hier. Le soir je n’avais plus de picotements, mais aujourd’hui il y a encore des rougeurs. Le côté gauche (côté opéré) est plus rouge que le côté droit.
Je ne prends aucun risque, je range l’appareil et je verrai demain !

Dimanche 27 janvier

Après avoir vérifié que mes rougeurs avaient disparu, je me prépare pour ma séance des aisselles.

Intensité lumineuse 1 pour le côté gauche
Intensité lumineuse 3 pour le côté droit

J’ai toujours cette sensation d’oublier des zones !

 

Vendredi 1er février 2018 : petit bilan

Je regarde mes aisselles et je constate une grande différence entre celle de gauche et celle de droite.

La repousse est très parsemée sur celle de droite (intensité lumineuse réglée sur 3).

À gauche (intensité 1), il reste encore beaucoup de poils.
Il est évident que plus l’intensité lumineuse est haute, meilleur est le résultat.

Ma peau a quelques réactions lorsque je me rase, principalement aux aisselles et pour le maillot. Elle présente des rougeurs et elle est irritée.

Le côté désagréable est la sensation de picotement lors de la repousse des poils.

En ce qui concerne la zone maillot et ventre, les poils sont très espacés. Les poils qui repoussent sont aussi « piquants » mais ce n’est pas gênant comme sous les bras.
L’utilisation n’est pas douloureuse, une sensation d’échauffement quand on flash, plus ou moins intense selon la zone flashée.

Quatrième séance : semaine 7

Mercredi 7 février : épilation

La sensation de « grattement » me gêne de plus en plus concernant mon aisselle gauche. Je regarde de près et je vois plein de petits poils noirs qui repoussent. Je décide de m’épiler avec de la cire froide. Étant donné que le mode d’emploi dit que l’on peut aussi utiliser cette méthode, je vais tenter l’expérience. Je me passe de la Biafine et je me sens mieux. La sensation de démangeaison des poils qui repoussent a disparu.
Je regarde l’autre aisselle, il y a très peu de poils qui ont repoussé donc je me raserai à nouveau avant la prochaine séance de Lumea.

Jeudi 7 février 2019

Je me rase le ventre, le maillot et également l’aisselle droite.
Le soir les zones rasées me démangent, je remets de la Biafine.

Vendredi 8 février 2019

Je regarde mes zones rasées la veille, la peau est légèrement irritée. Quelques rougeurs apparaissent surtout au niveau de maillot. Je me passe de la Biafine et je reporte la séance pour le lendemain.

Samedi 9 février 2019

Les irritations ont disparu. Je me prépare donc pour cette fois à épiler toutes les zones : ventre + maillot + aisselle.

Je démarre ma séance en prenant soin de mettre l’intensité correspondant à chaque zone.

Sur le ventre cette fois j’ai mis l’intensité : 4
Sur le maillot, j’ai mis : 3
Sur l’aisselle gauche : 1
Sur l’aisselle droite : 3

Je me sens à l’aise dans la manipulation de l’appareil et je m’applique afin de couvrir un maximum de zone avec le flash.

Prochaine séance dans un mois !

Mardi 12 février : bilan après 4 séances

Ce n’est pas encore uniforme, il reste quelques poils à certains endroits. Cela peut venir du fait que j’ai pas mal réduit l’intensité lumineuse afin de ne prendre aucun risque de réaction cutanée.

Toutefois, ma peau est aussi lisse et douce que lorsque j’avais fait mes séances de laser.
Dans l’ensemble, je suis très satisfaite du résultat. Je recommande cet appareil qui au fil du temps est simple à utiliser.

Voir les avis d’autres utilisatrices!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *